Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Deux étudiantes à Kazan

Les transports à Kazan

13 Octobre 2014, 17:20pm

Publié par Kazanova

Oubliez tout ce que vous savez sur la conduite en Russie. Parce que ce que vous pensez connaître est loin de la réalité.

Cette dernière est pire. A présent, je comprends pourquoi les transports sont si peu chers ici...

Le taxi.

L'atterrissage de notre avion était très réussi. De ce point de vue, les Russes sont plutôt doués. Mais dès que nous sommes sorties de l'aéroport, nous avons pu admirer l'habileté (ou la maladresse maitrisée) avec laquelle les Russes conduisent.

Nous avons pris un taxi pour aller à l'universiade. Nous ne connaissions même pas l'adresse, mais ce n'était pas un problème puisque tout le monde sait où le village se situe. En moins de trente minutes et pour 700 roubles (= 13€ environ), nous sommes arrivées vivantes et à bon port. Mais ce que nous avons vu sur la route nous a dissuadées de prendre le volant dans ce pays. Nous nous sommes vues doubler par la droite (et parfois par les zébras) plusieurs voitures, en écarter deux sur les BAU des deux sens parce qu'on passait au milieu, croiser des policiers au téléphone... Bref, tout cela n'étonne personne ici, sauf nous, pauvres Françaises effarées sur leur siège, tenant fermement leur ceinture de sécurité...

Le bus.

Ce qui m'a choquée dans le bus est le fait qu'un contrôleur nous fasse payer à l'intérieur (20 roubles = 50 centimes) alors qu'en France il est tellement facile de gruger. Nous ne savons pas comment ils se souviennent de chaque personne entrant et sortant du bus (surtout pendant les heures de pointe), dans tous les cas ce sont eux qui viennent te voir pour que tu payes ton trajet. Ils se trompent rarement... les Russes sont des êtres tellement mystérieux.

La deuxième chose qui m'a étonnée est que le bus ne démarre pas tant qu'il n'y a pas suffisamment de passagers selon le chauffeur. Du coup, quand tu es en retard le matin vers 10h tu peux attendre encore quinze minutes à ton arrêt puisque c'est plutôt une heure creuse. Ca, c'est un peu la loose.

Ensuite, les Russes sont très prévenants. Plusieurs fois pendant un même trajet, nous pouvons entendre une voix automatique prônant la bienveillance envers les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants... Dès qu'une personne de cette catégorie entre dans le bus, plusieurs personnes se lèvent pour lui laisser sa place. C'est aussi un automatisme des hommes envers les femmes.

Les transports à Kazan

Le trolleybus.

Nous avons pris plusieurs fois le trolleybus et il ne s'est pas passé un seul trajet sans qu'il y ait eu un soucis. Encore la dernière fois, les câbles reliant le bus aux fils électriques se sont détachés. Nous avons du stationner au milieu de la route quelques temps, le chauffeur est descendu pour les remettre et nous sommes repartis. Tous les trolleybus (ne pouvant se doubler à cause de leurs câbles) sont obligés d'attendre, et nous assistons alors à un concert de klaxon... Bref, nous apprécions beaucoup.

L'autre jour, le trolleybus a voulu doubler par le trottoir une voiture accidentée restée au milieu des trois voies (narmol). Sauf qu'il s'est embourbé... Après avoir demandé aux hommes d'aider à pousser, puis aux autres de descendre pour que ça soit plus léger, nous avons du marcher jusqu'à un arrêt de bus... C'est bien qu'en Russie que nous verrons ce genre de chose.

Les stations площадь Тукая (Place de Toukaï) et de Проспект Победы (Avenue de la victoire)Les stations площадь Тукая (Place de Toukaï) et de Проспект Победы (Avenue de la victoire)

Les stations площадь Тукая (Place de Toukaï) et de Проспект Победы (Avenue de la victoire)

Le métro.

Le métro de Kazan est très différent de celui de Paris. Déjà, ça ne sent pas l'urine. Ensuite, il n'y a qu'une seule ligne, et chaque station est superbement décorée, presque comme une icône. Les heures de pointe sont plutôt supportables, contrairement au RER A à 18h... Cela rend le métro confortable, je ne comprends pas pourquoi il n'y a pas plus de monde.

Pour y rentrer, nous devons passer à travers une sorte de portique, comme à l'aéroport. La sécurité n'est pas bien loin. Puis nous passons les tourniquets grâce à notre jeton acheté 20 roubles. (40ct d'euros) Ca donne un côté écolo (pas de ticket par terre et réutilisable) et il y moins de risque de le perdre. D'ailleurs, le jeton reste dans la machine puisqu'il n'y a de contrôle qu'au portique et au tourniquet.

Alors en voiture, Simone !

Laura.

Commenter cet article