Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Deux étudiantes à Kazan

Vous avez dit Tatarstan ?

25 Mai 2015, 12:41pm

Publié par Kazanova

Vous avez dit Tatarstan ?

Valérie et moi avons décidé de venir étudier à Kazan, capitale de la République du Tatarstan, située à 800 km de Moscou. Le nom de cette République russe prête à sourire pour ceux qui ne s'y connaissent pas : "ça ressemble au mot tartar" (voire parfois "ça ne ressemble à rien"). En réalité, Tatarstan vient du mot "tatar" correspondant au groupe ethnique vivant sur le territoire et du suffixe -stan désignant un lieu en persan. (suffixe de beaucoup de pays eurasiens, vous l'aurez vous-mêmes remarqué : Kazakhstan, Pakistan, Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan et compagnie) C'est donc la place des Tatars.

Drapeaux de la République (à gauche) et de la Fédération (à droite)

Drapeaux de la République (à gauche) et de la Fédération (à droite)

A vrai dire, en arrivant à Kazan, je ne m'attendais absolument pasà côtoyer deux peuples, deux cultures, deux langues. En plus du russe, langue officielle de la Fédération de Russie, la République du Tatarstan possède depuis 1992 (date de sa Constitution) une seconde langue officielle : le tatar (de Kazan - à ne pas confondre, donc, avec le tatar de Crimée)

Qui sont les Tatars de Kazan ?

Ce ne sont pas des Russes, ça, c'est certain. C'est une minorité ethnique, représentant tout de même 53% de la population du Tatarstan en 2010 (contre 40% de Russes). Dans le monde, le tatar est parlé par plus de 5,4 millions de locuteurs en Russie et en Ukraine, naturellement, mais aussi en Chine ou encore en Turquie.

Les Tatars du Tatarstan descendent des Bulgares de la Volga. Ce peuple des steppes, musulman depuis 922, vivait dans les régions de la Volga et de la Kama après les avoir prises aux Slaves au XI°. (les vilains !) En 1237 cependant, le peuple turco-mongole envahit aussi la Russie, détruisant alors la capitale bulgare, Bolghar. Les Tatars étant déjà musulmans, le joug mongol imposant l'Islam était moins lourd à porter pour eux que pour le peuple russe profondément orthodoxe depuis 988. Les Tatars étaient donc eux aussi considérés comme des occupants par les Russes. En 1552 cependant, le tsar Ivan IV dit le Terrible récupère Kazan. (eh bim, fallait pas commencer à chercher la m... !) A partir de cette date, une politique d'assimilation à la culture russe (et donc l'orthodoxie) a été mise en place : toutes les mosquées ont été détruites et interdites de reconstruction jusqu'au XVIII°, de nombreuses églises ont été construites dans la capitale et les populations ont été forcées de se convertir au christianisme. Pour que l'assimilation soit moins superficielle, un linguiste russe (Nikolaï Ilminski) a proposé une autre politique en 1851 consistant à créer des écoles tatares, traduire des textes religieux en tatar etc. Le tatar, comme on le connait aujourd'hui, s'est formé au XIV° de manière orale, puis a été mis à l'écrit par quelques écrivains vers 1905, ce qui a permis de fixer la langue et de la répandre. Le tatar de Kazan servait de référence pour les différents dialectes (le michar, le tatar de Sibérie, le baraba, le tatar de Tobol-Irtych), c'était la langue littéraire. Cette politique d'assimilation a donc permis la coexistence de deux langues au Tatarstan, donnant tout de même davantage de prestige à la langue russe. Je ne vous cache pas que durant l'URSS, les Tatars ont pris cher. Après l'assimilation, c'était la politique de russification (ça ne s'arrêtera donc jamais !?) : le tatar s'est vu imposer l'alphabet cyrillique en 1939, beaucoup de mots russes ont commencé à remplacer les termes tatars dans les dictionnaires tatars (de sorte qu'un scientifique soviétique aurait même demandé l'abandon du tatar !), l'étude des Khanats tatars étaient interdits à l'école etc. A la chute de l'URSS, les Tatars ont pu respirer : la souveraineté linguistique a été votée dans la loi de la Fédération de Russie en 1991 et en 1992 le tatar est devenu la seconde langue officielle du Tatarstan, impliquant dès lors le bilinguisme à l'école.

« Chaque habitant du Tatarstan doit parler tatar en dehors de toutes considérations ethniques. »

« Chaque habitant du Tatarstan doit parler tatar en dehors de toutes considérations ethniques. »

Et comment se passe la cohabitation ?

Les Russes et les Tatars s'entendent aujourd'hui plutôt bien, il n'y a pas de véritable division. On peut trouver des groupes de potes mixtes, des mariages mixtes, des écoles mixtes. Après, n'allez pas dire à un Tatar qu'il est russe !

On remarque une différence entre la politique explicite par l'Etat (les lois votées) et la politique implicite par la population (dans l'utilisation) des deux langues. Bien que les enfants apprennent les bases du tatar et du russe à l'école, le tatar est laissé de côté après l'attestation scolaire. La maitrise du tatar ne semble concerner qu'une mince partie de la population (habitant surtout dans les campagnes). De ce fait, un certain nationalisme tatar voit le jour. L'urgence de sauvegarder ses origines et sa langue ressurgit auprès des Tatars, qui exigent une augmentation de médias tatars (journaux, radios, chaines télévisées), de créer des cinémas en tatar (ou doubler des films du box office en tatar), d'augmenter le salaire des professeurs de tatar... Une vraie politique de dé-russification. Certains exigent même à ce que les jeunes s'expriment dans un tatar parfait, sans emprunt russe, à ce qu'on tatarise les noms de famille en remplaçant les suffixes -ович/-ова (ovich/ova) par -уллин/-кизи (ullin/kizi)...

Des organisations et autres événements pour sauvegarder la culture tatare sont alors nés : une fois par an depuis 2005, l'association Мин татарча сойлэшем (« je parle tatar ») organise un festival promouvant la langue tatare. Également, le Türkvision Song Contest de 2014 s'est déroulé à Kazan, élue capitale turque de l'année. (c'est comme Eurovision mais pour une vingtaine de régions turciques, de Russie et d'ailleurs. Swag.)

Le festival "je parle tatar" de mai 2015Le festival "je parle tatar" de mai 2015

Le festival "je parle tatar" de mai 2015

Pour en savoir plus sur le bilinguisme de Kazan, soyez patients, un article arrive bientôt. ;)

Commenter cet article